La SEC nigériane publie une déclaration historique sur les cryptomonnaies

La Securities and Exchange Commission, Nigeria (SEC Nigeria), a publié une nouvelle déclaration concernant le statut des cryptomonnaies et autres formes d’actifs numériques dans le pays. Il s’agit de la première mesure importante prise par l’autorité de régulation pour mettre les actifs numériques sous son contrôle.

La déclaration publiée le 14 septembre reconnaît que les actifs numériques offrent d’autres possibilités d’investissement à la population, mais qu’ils doivent en même temps être utilisés de manière à protéger les intérêts des investisseurs et à garantir l’intégrité du marché.

Le régulateur a déclaré que les nouvelles clarifications ne sont pas destinées à “étouffer l’innovation, mais à créer des normes qui encouragent les pratiques éthiques“.

Les parties réglementées par les nouvelles lignes directrices incluront les entreprises ou les investisseurs individuels, dont “les activités impliquent tout aspect des services liés à la blockchain et aux actifs numériques “. Plus précisément, il s’agirait des gestionnaires de portefeuille, des dépositaires, des bourses et des services de tiers.


Classification des cryptomonnaies par la SEC Nigeriane

Il est intéressant de noter que la SEC Nigeria a suivi les pas de nombreux régulateurs dans le monde en classant toutes les formes de biens numériques en trois grandes catégories. Ces trois catégories sont les suivantes :

Crypto Assets: Une catégorie qui inclut probablement le bitcoin, le régulateur traitera ces types d’actifs comme des marchandises lorsqu’ils sont négociés ou émis sur un lieu de négociation approuvé localement, tel qu’une bourse nationale.

Utility Tokens: Cette catégorie sera également classée dans les produits de base. Les opérations au comptant et les transactions régulières ne relèveront pas de la compétence de la SEC.

Security Tokens: Le régulateur considérera tous les jetons numériques qui ont les caractéristiques d’une “valeur” comme des jetons de sécurité. Les émetteurs potentiels devront obtenir l’approbation avant de le faire.

En outre, le régulateur a mentionné que toutes les formes de vente de jetons, y compris les digital assets token offering (DATO), les initial coin offerings (ICO), les security token offerings (STO) et d’autres offres de biens numériques basées sur la blokchain dans le pays seront désormais réglementées.

Les entités qui offrent déjà de tels services, auront trois (3) mois pour soumettre soit le dépôt d’évaluation initiale et les documents pour l’enregistrement proprement dit afin d’opérer dans le pays.


La communauté crypto locale réagit aux directives de la SEC Nigeria

Plusieurs rapports confirment l’adoption accélérée des cryptomonnaies au Nigeria, ce qui signifie que les nouvelles directives de la SEC Nigeria étaient presque certaines de répondre aux différentes réactions de l’écosystème local.

Paul Ezeafulukwe, président de la Stakeholders in Blockchain Association of Nigeria (SiBAN), a fait part de ses réflexions, louant la déclaration réglementaire car ce qui est actuellement nécessaire est “d’harmoniser avec les acteurs de l’industrie et les praticiens afin de ne pas entraver la croissance du secteur“.

En fin de compte, tout le monde y gagne : les investisseurs, les acteurs du secteur, les organismes de réglementation et tous les organismes bénéficiaires. Et surtout, c’est un grand avantage pour l’industrie”, a-t-il ajouté.

Me suivre