Afrique: Les transferts en cryptomonnaies ont augmenté de 55%.

Les Africains se tournent de plus en plus vers les cryptomonnaies comme moyen d’échange contre les monnaies locales, selon un nouveau rapport de la société d’analyse Chainalysis.

Le rapport de Chainalysis

Les données de cette société montrent que de nombreux individus et entreprises locaux utilisent les cryptomonnaies pour éviter des frais élevés, des complications réglementaires et l’instabilité des devises.

Le nombre de transferts mensuels vers et depuis l’Afrique a dépassé les 600 000. Le nombre total de transferts inférieurs à 10 000 dollars a fait un bond de 55 % en juin pour atteindre 316 millions de dollars. Le Nigeria, qui est la plus grande économie du continent, l’Afrique du Sud et le Kenya sont en tête de la région pour les transferts de devises cryptographiques.

Les cryptomonnaies sont plus avantageux

Abolaji Odunjo, qui gère un magasin de vente au détail de téléphones portables à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, a commencé à utiliser Bitcoin pour payer ses fournisseurs chinois. Il a déclaré à Reuters qu’il était passé à la cryptomonnaie pour des raisons de rapidité et de commodité :

Bitcoin a contribué à protéger mon entreprise contre la dévaluation de la monnaie, et m’a permis de croître en même temps.

Odunjo a ajouté que ce mode de paiement lui permettait d’éviter des frais élevés et constituait une alternative à l’achat de dollars américains de plus en plus chers. De nombreux pays africains sont confrontés à la dévaluation et à l’instabilité de leur monnaie, ce qui augmente la demande et, par conséquent, le coût d’achat de dollars américains. Certaines devises, comme le rand sud-africain, ont perdu plus de 50 % de leur valeur par rapport au dollar américain au cours de la dernière décennie.

D’autres personnes interrogées ont déclaré à Reuters que les paiements par bitcoin aident également ceux qui ont des membres de leur famille vivant à l’étranger dans des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni à envoyer de l’argent chez eux.

L’utilisation des cryptomonnaies en plein boom en Afrique

Selon un courrier de la Banque mondiale, les frais de transfert de fonds en Afrique subsaharienne s’élèvent en moyenne à 8,9 % – l’Afrique du Sud enregistrant les coûts les plus élevés, jusqu’à 20 % par transaction. Les frais de bitcoin sont considérablement plus bas, généralement inférieurs à 3 %.

La valeur des cryptomonnaies envoyées en Afrique en 2020 devrait dépasser le total de 8 milliards de dollars envoyé l’année précédente, avec près d’un milliard de dollars envoyé rien qu’en juin. En revanche, la Banque mondiale a indiqué que seulement 48 milliards de dollars de fiat ont été envoyés en Afrique subsaharienne en 2019, le total devant tomber à 37 milliards de dollars cette année.

Source

Me suivre