Bank of America: Bitcoin Bull Run est la “ mère de toutes les bulles ”

Le stratège en chef des investissements de Bank of America a qualifié le dernier bullrun de Bitcoin de «mère de toutes les bulles», affirmant qu’il «fait sauter les portes des bulles antérieures», comme la bulle dotcom du début des années 2000.

Michael Hartnett a mis en garde les investisseurs dans son «Flow Show» du «prix inflationniste violent» qui a fait flambée le prix du Bitcoin et alimenté le marché des actions.

Hartnett aurait conseillé aux investisseurs de « vendre le vaccin». Il a déclaré que

«des prix mousseux, un positionnement avide, des décideurs politiques inflationnistes et désespérés, une Chine en pointe et des consommateurs, tous [tous] finalement [une] bière toxique en 2021».

Pour être sûr, si Harnett avait dit la même chose au début de 2018, juste avant que la précédente course haussière de Bitcoin ne se termine calamiteusement, il aurait été considéré comme prémonitoire. 

Les investisseurs Bitcoin , cependant, pensent que les choses sont différentes cette fois-ci. Nic Carter, co-fondateur de Castle Island Ventures, a déclaré à Bloomberg en novembre que le boom de 2017 était en partie dû au fait que Bitcoin fonctionnait comme un moyen pour les investisseurs particuliers d’investir dans les ICO et de s’exposer aux altcoins. 

«Ce n’est vraiment pas le cas aujourd’hui», a déclaré Carter. La SEC a sévi contre ces ICO, dont beaucoup sont douteuses, et le marché a depuis attiré des investisseurs institutionnels à long terme et une infrastructure solide. 

Cela dit, Bitcoin s’est écrasé avec les marchés mondiaux en mars dernier alors que la pandémie se propageait. La situation actuelle n’est pas différente: les gouvernements doivent vacciner leurs populations pour dépasser la propagation d’une nouvelle variante du COVID. 

Ainsi, bien que les traders rejettent rapidement les rediffusions du krach boursier du début de 2018, le marché Bitcoin peut faire face au même problème qui a causé sa destruction il y a à peine un an.

Crédits: Source

Me suivre